Long métrage de Laurent Baffie (comédie) - 1h34.

Produit par Laurent Baffie.

Sortie en France : 10/12/2003.


SYNOPSIS :

Il est difficile de réaliser un bon film. Laurent Baffie l'a compris et emmène Daniel Russo dans une aventure ubuesque et décalée, à la recherche des clefs de bagnole qu'il a perdues. En réalité, ses clefs sont dans sa poche gauche, mais tout cela n'est qu'une allégorie de la vie, de l'amitié et de l'aventure. Une aventure dans laquelle Baffie joue son propre rôle, à la fois d'acteur, de réalisateur, de scénariste et de personnage.

PRODUCTION :

Laurent Baffie Productions.

Société de distribution : Rezo Films


Réalisation : Laurent Baffie - Scénario : Laurent Baffie - Musique : Ramon Pipin - Photographie : Philippe Vene

Montage : Mathilde Cousin et Anne Lafarge


ACTEURS / ACTRICES :

. Laurent Baffie (Laurent)

. Daniel Russo (Daniel)

. Alexandra Sarramona (Lucie)

. Pascal Sellem (Pascal, le barman / le hippie)

. Karine Lyachenko (La femme du barman)

. DANI  (La châtelaine)

. Gérard Depardieu (Le fromager)

. Alain Chabat (Le vendeur de chiens du magasin « A Toulétoutou »)

. Michel Galabru (L'instituteur)

. Jean-Marie Bigard (Le directeur de la banque)

. Mado Maurin (La vieille dame sur le bateau)

. Marcel Gotlib (L'homme au running-gag (lui-même))

. Jamel Debbouze (La voix du chien en pâte à modeler)

. François Rollin (Le statisticien)

. Claire Maurier (La dame dans le parc (en référence au film "Les quatre cents coups")

. Maitre Cappelo (Un passant linguiste)

. Bruno Moynot (Monsieur Preskovic)

. Chantal Ladesou (La guichetière de la banque)

. Guy Lecluyse (Un client du café)

. Maxime Le Forestier (Le chanteur auprès du feu de camp)

. Chantal Lauby (Celle qui veut vendre son film en s'accrochant à la cheville d'un passant (en référence au film "Red is dead", du film "La cité de la peur")

. Charles Gérard (Celui qui vend toujours une Mercedes)

. Nelson Monfort (Le commentateur des plongeons (en voix-off))

. Thierry Ardisson (Lui-même, dans son émission)

. Geneviève de Fontenay (Celle qui sonne à la porte)

. Danièle Gilbert (Celle qui aussi sonne à la porte)

. Jean-Louis Aubert (Le clap de fin)

. Sophie Marceau (Le clap de début)

Au début du film, plusieurs comédiens sont filmés en train de refuser de jouer dans le film. Ces comédiens sont (dans l'ordre d'apparition) :

 

Guillaume Canet    
Edouard Baer Jean Rochefort
Marc LavoineFlorent PagnyRichard Berry
Jean-Claude BrialyBruno Solo & Thierry FrémontSamuel Le Bihan
Yvan AttalBernard MenezLes Robins des Bois
Guy BedosGérard JugnotLorànt Deutch
Gérard DarmonMichaël YounJean Dujardin
Elie SmounPatrick TimsitMousse Diouf
DieudonnéVincent LindonDave 
Bernard CampanJean-Marc BarrDaniel Auteuil
Didier BourdonVincent PérezPierre Richard
Pascal LégitimusPatrick BraoudéPierre Arditi
Bruno PutzuluRoschdy ZemGad Elmaleh
Dominique BesnehardMichel MullerThierry Lhermitte
Jean-Pierre DarroussinSmaïnJamel Debbouze
Antoine de CaunesEddy MitchellGérard Lanvin
Jacques GamblinRégis LaspalèsEric Cantona
Enrico MaciasMichel Boujenahkad et Oliver
 Albert Dupontel
Kad Merad et Olivier Baroux
 
Elise Larnicol, Maurice Barthélemy, Jean-Paul Rouve, Pascal Vincent et Marina Foïs


PRESSE:


Critique lors de la sortie en salle le 10/12/2003

Par Pierre Murat

« C'est quoi, l'histoire ? ­ Un mec qui a perdu ses clefs de bagnole. ­ Et alors ? ­ Il les retrouve. ­ Et puis ? ­ C'est tout ! ­ Et ça dure une heure et demie ? ­ Ben oui ! » Tous les producteurs de Paris jettent le scénario de Laurent Baffie à la poubelle. Et tous les potes qu'il contacte ­ Auteuil, Lanvin, Lhermitte, Arditi, Jamel Debbouze... ­ l'envoient carrément bouler. Même qu'ils deviennent violents quand il insiste. Non, ils ne tourneront pas dans cette merde. Ce générique prestigieux ­ ils refusent, mais ils y sont quand même ! ­ est la première surprise, savoureuse, du film. Finalement, Daniel Russo a accepté. Forcément : Baffie lui a fait croire qu'il a écrit pour lui le personnage du copain qui l'aide à retrouver ses clefs. Et le tournage commence. Dans l'appartement de Baffie, où les toilettes sont dans un aquarium et où la porte d'entrée donne sur une plage. Comment est-ce possible ? Mais tout est possible, puisqu'on est au cinéma. Les acteurs blessés sont remplacés par des clones, un hélicoptère les sauve lorsqu'ils sont en danger, un flash-back permet à Russo de conclure une scène d'amour interrompue, et Gérard Depardieu apparaît en fromager inutile à l'intrigue. Un peu comme Julien Duvivier, il y a cinquante ans, dans le très joli La Fête à Henriette, Laurent Baffie a, donc, tourné un film en train de se faire. Sur les difficultés de rendre vrai l'imaginaire. Avec une feinte naïveté, il semble découvrir les joies et la magie du cinéma, et on le contemple, pas dupe mais complice, en train de faire joujou avec sa caméra et son histoire qui n'existe pas. Il y a quelques chutes de rythme et deux ou trois grossièretés, sans lesquelles Baffie n'oserait probablement pas se regarder dans la glace le matin. Mais on remarque son goût pour le gag absurde et pour le non-sens insolent (Alain Chabat, irrésistible vendeur de chiens). On aurait simplement aimé encore plus d'audace, de folie plus ou moins douce. Faute de vitriol, Baffie reste à la porte de Blake Edwards. Et au seuil d'Hellzapoppin. Ce n'est pas si mal.

Pierre Murat


Les clefs de la bagnole